Concert Beethoven et Grieg 23 et 24 juin 2018

Invitation de la Petite Philharmonie

Nous sommes heureux de vous inviter à venir écouter nos prochains concerts, et nous espérons vous y voir nombreux !
Vous pouvez réserver vos places au tarif prévente directement sur notre site internet : www.lapetitephilharmonie.fr

Vous pouvez aussi réserver des places par l’intermédiaire des musiciens de l’orchestre.

Pour ces concerts, les musiciens auront la joie d’accompagner le flûtiste Thierry Scotto, sous la direction de Juliette Tricot.
C’est un programme éclectique, qui va du romantisme au contemporain, en passant par Grieg qui fait la transition entre les 2 époques ! de quoi satisfaire tous les goûts…
Nous sommes fiers de créer le concerto pour flûte, écrit par Benoit Dantin, compositeur contemporain et d’origine iséroise.

Créée en 1807 alors que Beethoven souffre d’une surdité affirmée, l’ouverture de Coriolan est parfois considérée comme le reflet de sa solitude face à la maladie, et du dilemme qu’il doit affronter entre ses idéaux et ses désirs. Cette célèbre ouverture est  presque un  petit poème symphonique avant l’heure, dont la puissance expressive et dramatique s’inscrit dans le style héroïque du compositeur.

90 années après la création de l’ouverture de Coriolan, Edvard Grieg  compose ses 4 danses symphoniques op. 64 pour piano à quatre mains, à l’âge de 54 ans. L’arrangement pour orchestre symphonique sera composé dès 1898.  Après avoir enrichi le répertoire romantique tout au long de ses œuvres, le compositeur rend hommage une nouvelle fois à sa Norvège natale  tout en se tournant vers le 20ème siècle. Ainsi, si les 2 premières danses s’inscrivent parmi les plus belles pages de tradition romantique  du compositeur, les 2 dernières danses en revanche montrent un style plus moderne tant dans la forme que dans l’audace harmonique.

« Mana » est le 2ème concerto de la série des concertos ligériens de Benoît Dantin. Ce concerto a été conçu à Tahiti, en 2002, et n’a été achevé que 10 ans plus tard, le 31 janvier 2013, au Mans. Le mot mana est un mot polynésien qui n’a pas véritablement d’équivalent en français. Il signifie tout à la fois pouvoir, magie, magnétisme, charisme, énergie… Le 1er mouvement décrit cette énergie sourde et latente que l’on trouve au fond de la croûte terrestre et dans les profondeurs abyssales. Le 2ème mouvement, un scherzo, évoque plutôt cette énergie de la vie quotidienne, à l’échelle humaine. Enfin, le 3ème mouvement décrit plutôt le côté spirituel du Mana. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *