A Coeur Joie

Fondation d’un mouvement d’éducation populaire.

César Geoffray, né à Lyon le 20 février 1901 et mort à Soucieu-en-Jarrest le 24 décembre 1972 était un musicien, chef de chœur et compositeur.

En 1940, à l’occasion d’une émission de radio il rencontre une chorale formée par un groupe de jeunes scouts. Il décide d’écrire pour eux un certain nombre de chants qui seront édités avec le titre ‘À Cœur Joie’.

Chant final du mi-centenaire A Coeur-Joie avec Marcel Corneloup. Lyon année 1990.

L’idée de créer un mouvement choral nait quelques années plus tard, en 1947. Ainsi la naissance officielle d’A Cœur Joie, une association loi de 1901, qui sera plus tard reconnu d’utilité publique. Pendant longtemps ACJ a été la seule fédération musicale chorale, et l’association peut être considérée comme le catalyseur du renouveau du chant choral en France dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Pour en savoir plus  (Site national)

A Coeur Joie à Grenoble

En 1947  André Beroff (père du pianiste Michel Beroff) fond la chorale ‘Grand Choeur ACJ de Grenoble, qui donc a été l’une des premières à être affiliée au mouvement de chant choral « A Cœur Joie » .  Elle pratique à cette époque un répertoire populaire.

En 1960, Francine Bessac reprend la direction du Grand Choeur A Cœur Joie de Grenoble, et la fait évoluer progressivement vers le grand répertoire classique et le travail régulier avec des musiciens professionnels. La même année, elle crée l’Ensemble Vocal, qui s’est produit depuis lors de nombreuses fois à l’étranger. Dans les années qui suivent, elle suscite la création de plusieurs autres chorales dans l’agglomération grenobloise. Francine dirigera la chorale jusqu’en 2016.

 

Le Grand Choeur circa 1960